A la une
OISE > LE FAY-SAINT-QUENTIN - Un projet contesté de vingt-cinq éoliennes PDF Imprimer Envoyer
Mardi, 18 Janvier 2011 00:00

Quatre communes pourraient bien voir pousser l’un des plus grands parcs éoliens de l’Oise. Les 25 machines nouvelles s’ajouteraient aux 62 déjà en service dans le département et aux 114 autres autorisées.

Malgré son nom de sympathique troupe de théâtre, la Compagnie du vent s’est attiré, en un temps record, beaucoup d’inimitiés. Pionnière dans la production d’énergie renouvelable, cette filière du groupe GDF Suez, déjà à la tête d’un ensemble de 16 parcs éoliens, prévoit d’installer 25 éoliennes sur le territoire de 4 communes de la grande banlieue de Beauvais : Bresles, Laversines, Haudivillers et Le Fay-Saint-Quentin.

Problème, les éoliennes sont presque aussi impopulaires que les antennes-relais implantées par les opérateurs de téléphonie mobile. Et c’est dans la plus petite des quatre localités concernées que la résistance s’organise. Au Fay-Saint-Quentin, une poignée d’habitants, opposés au projet, se sont déjà réunis au sein de l’association Halte-Eole.

« Nuisances sonores et dépréciation immobilière »

Leur message est limpide : pas question, d’ici à quelques mois, de se retrouver encerclé par 25 aéromoteurs de 150 m de haut. « On n’a pas envie de vivre au milieu d’un champ d’éoliennes, résume Christian Tintellier, le président d’Halte-Eole. Il y a d’abord l’impact visuel qui va dénaturer le paysage, sans parler des nuisances sonores et de la dépréciation immobilière qui risquent de frapper nos maisons. » A dire vrai, ces angoisses sont partagées par une large majorité des habitants de la commune. En seulement quelques jours, 130 des 171 foyers sondés ont signé la pétition hostile au projet. « Le problème, c’est que l’on manque d’informations, regrette Françoise Mayadoux, l’un des membres fondateurs d’Halte-Eole. Y a-t-il eu une enquête publique ? Un appel d’offres ?

On ne sait rien ou presque. Dans le village, par exemple, beaucoup ont été surpris en apprenant l’ampleur du projet. Nous avons réclamé une réunion publique mais on nous l’a refusée. C’est d’ailleurs ce qui nous a poussés à créer l’association… »

Au Fay-Saint-Quentin, la surprise est d’autant plus grande qu’un projet de même nature avait été abandonné en 2002 à cause du passage des avions. « La Direction générale de l’aviation civile avait émis un avis défavorable en raison des servitudes aéronautiques », se souvient le président d’Halte-Eole. Mais, étrangement, ce qui était valable en 2002 ne l’est plus aujourd’hui… »

Les antiéoliens savent que le temps joue contre eux et que, par conséquent, ils doivent agir vite. Pour l’instant, les quatre communes concernées ne sont pas dans les zones favorables dessinées lors de l’avant-projet du schéma régional éolien. Mais ce schéma ne sera définitivement adopté qu’à partir du second semestre 2011 et, d’ici là, rien n’empêche les conseils municipaux de réclamer la création d’une zone de développement éolien (ZDE).

Le 15 décembre 2010, le conseil municipal du Fay-Saint-Quentin s’est prononcé en faveur du projet de la Compagnie du vent, même si Nelly Debrie, la maire, a voté contre. A Bresles, les élus n’ont pas encore délibéré. Ils ont, en revanche, délibéré pour la réalisation d’études sur le projet.