A la une

Votre accès privé



Grâce à votre compte :
  • Recevez le bulletin d'information
  • Accédez aux informations réservées aux membres du Collectif
AISNE > BRAINE - Le préfet de région refuse le permis de construire des éoliennes Mont Hussard : le vent tourne PDF Imprimer Envoyer
Samedi, 27 Novembre 2010 10:00

CLAIR, net et sans bavure. L'arrêté pris par le préfet de région Michel Delpuech, par lequel il refuse le transfert du permis de construire cinq éoliennes, déposé par la Sicaé (*), à la « SAS MET le Mont Hussard » ne laisse aucune place à l'interprétation : « La construction devait être entreprise dans le délai de quatre ans à compter de la notification du permis de construire. Les travaux n'ont pas commencé dans le délai de validité de l'autorisation. Dans ce cas, le permis est caduc. »

En août, la SAS MET le Mont Hussard, jusque-là inconnue des habitants, avait commencé les travaux d'implantation de cinq éoliennes sur le périmètre des communes de Courcelles-sur-Vesle, Brenelle et Cys-la-Commune.

La société, créée tout spécialement pour exploiter le parc éolien, est détenue à 50 % par la Sicaé et à 50 % par Maïa, l'un des principaux producteurs indépendants d'électricité d'origine éolienne marié avec GDF Suez.

Des trous béants

Dénoncée par l'association, cette société a tout de même laissé derrière elle quelques traces… des trous béants destinés aux futures éoliennes, l'un enfoui sous une montagne de betteraves, l'autre, encore intact.

Pour Bertrand de Miramon, délégué du collectif Picardie environnement durable, « si l'affaire est montée jusqu'au préfet de région, ça n'est pas rien », le principal opposant à ce parc éolien dénonçant le « manque de transparence » dans ce dossier.

« La décision du préfet de région nous satisfait, mais nous sommes vigilants. Ça n'est pas terminé », juge Bertrand de Miramon, qui précise qu'un recours auprès du tribunal administratif est toujours en cours contre la Zone de développement éolien (ZDE) du Mont Hussard, portée par les trois communes concernées et qu'avait autorisée le préfet de l'Aisne.

Plus généralement, Bertrand de Miramon s'interroge : « Pourquoi notre Picardie est-elle au hit-parade éolien en France ? » A ses yeux, « il est plus que temps d'établir avec les associations et les citoyens, de plus en plus inquiets de ce déploiement anarchique, une concertation véritable ».

Cuffies-Leury aussi

Il constate néanmoins avec satisfaction que le vent a tourné pour d'autres projets éoliens du Soissonnais, avec le refus de celui présenté par la commune d'agglomération du Soissonnais sur Leury et Cuffies où le rejet partiel de l'autre ZDE initiée par la communauté de commune du canton d'Oulchy-le-Château.

Vice-présidente de l'Association pour la défense de l'environnement et la protection du patrimoine de Braine, Viviane Martin propose, elle, une solution alternative pour la production d'électricité. « Pourquoi ne pas développer l'énergie hydraulique ? L'eau, c'est gratuit », relève la Brainoise, en rappelant qu'il n'y a pas si longtemps, « un moulin fonctionnait encore à Bourg-et-Comin » et que la Vesle en compte encore quelques-uns, comme celui de Quincampoix, à Ciry-Salsogne. « Je serais ravie si, je voyais l'eau se développer », confie MmeMartin.

« Les éoliennes ne tournent qu'à 20 % de leur capacité » rappelle Bertrand de Miramon. Pour Viviane Martin, cela ne fait… qu'apporter de l'eau à son moulin !

* Sicaé : Société d'intérêt collectif agricole d'électricité.